COVID-19


Quand une pandémie a frappé le Québec et la planète, plusieurs chercheurs de l’IU SHERPA ont dû rapidement s’adapter à la nouvelle situation. Très vite, ils ont mis sur pied de nouveaux projets afin de mieux documenter l’impact de la pandémie sur certains groupes plus vulnérables de la population, de soutenir les populations et les organismes qui les accompagnent, ou alors pour favoriser des politiques de santé publique adaptées aux différents groupes.

Vous trouverez dans cette section les projets de recherche, ainsi que les outils et guides produits à l’intention des intervenants, décideurs ou de divers segments de la population, en lien avec la pandémie. Vous trouverez toutes leurs publications en lien avec cette thématique grâce à notre moteur de recherche.

Documenter les impacts de la pandémie sur les populations

Agir pour soutenir les populations particulièrement touchées par la pandémie et les milieux qui les accompagnent

COVID-19 Outreach and Communications for Marginalized Communities in Montreal- CoVivre

Organisation des services et à l’adaptation des services et des modalités d’intervention pour répondre à la crise de Covid-19

Développement de guides ou d’outils

L’école en temps de pandémie : favoriser le bien-être des élèves et des enseignants

Impacts de la crise de la COVID-19 sur les «communautés culturelles» montréalaises. Enquête sur les facteurs socioculturels et structurels affectant les groupes vulnérables


Chercheurs

Janet Cleveland, Jill Hanley, Tamar Wolosfy, Annie Jaimes (IU SHERPA-McGill)

Partenaires

Institut universitaire SHERPA

Financement

IU SHERPA

Description du projet

murale sur un centre communautaire de Montréal-NordÉtude exploratoire visant à mieux comprendre les enjeux rencontrés par les personnes issues de minorités ethnoculturelles et marginalisés durant la première phase de l’épidémie de COVID-19 à Montréal.

Objectifs

1) Identifier les besoins, vulnérabilités et forces particuliers de divers groupes au sein des communautés culturelles de Montréal face à la crise liée à la COVID-19

2) Améliorer la compréhension des enjeux socioculturels et systémiques qui affectent la mise en place des mesures de santé publique et faire des recommandations afin de mieux répondre aux besoins des communautés culturelles en rapport avec la crise de la COVID-19.

Collecte de données

Entrevues avec 50 informateurs clefs impliqués auprès de personnes issues de groupes ethnoculturels ou de l’immigration récente : des intervenants de groupes communautaires spécialisés dans l’accueil de nouveaux arrivants; des représentants d’associations ethnoculturelles; des leaders de groupes religieux; des membres de groupes d’entraide informels dans des quartiers pluriethniques; et des professionnels impliqués auprès de ces populations.

Conclusion générale

La vulnérabilité face à la pandémie au sein de ces communautés est liée à l’intersection de multiples facteurs économiques et sociaux, incluant le fait d’être défavorisé sur le plan socioéconomique, d’occuper un emploi dans un secteur à haut risque d’exposition à la COVID, d’être allophone, d’avoir un faible niveau de littératie, d’avoir un statut migratoire précaire, d’être arrivé récemment, et/ou d’être l’objet de racisme.

Recommandations (détails dans le rapport):

  • Recueillir les données sur les déterminants sociaux de la COVID
  • Favoriser la concertation et la consultation communautaire
  • Promouvoir l’accès aux informations et consignes sanitaires en établissant un plan de diffusion multilingue
  • Promouvoir l’accès aux services de santé et services psychosociaux
  • Favoriser l’accès aux mesures d’aide financière
  • Poursuivre l’adaptation des mesures de Santé et sécurité au travail à la pandémie
  • Favoriser la sécurité alimentaire
  • Assurer le maintien de l’accès au logement
  • Promouvoir le bien-être familial
  • Solidifier les relations intercommunautaires
Publications

Cleveland, J. Hanley, J., Wolofsky, T., Jaimes, A. (2020). Impacts de la crise de la COVID-19 sur les  «communautés culturelles» montréalaises. Enquête sur les  facteurs socioculturels et structurels affectant les groupes vulnérables. Rapport de recherche. Montréal : Institut universitaire SHERPA. Lire >>

Cleveland, J. Hanley, J., Wolofsky, T., Jaimes, A. (2020). Impacts de la crise de la COVID-19 sur les  «communautés culturelles» montréalaises. Document synthèse. Montréal : Institut universitaire SHERPA. Lire >>

Cleveland, J. Hanley, J., Wolofsky, T., Jaimes, A. (2020). “Impact of the COVID-19 crisis on Montreal “cultural communities”. Summary. Montréal : Institut universitaire SHERPA. Lire >>

Cleveland, J. Hanley, J., Wolofsky, T., Jaimes, A. (2020). Recommandations pour atténuer l’impact d’une deuxième vague de COVID-19 sur les « communautés culturelles ». Montréal : Institut universitaire SHERPA. Lire >>

Cleveland, J. Hanley, J., Wolofsky, T., Jaimes, A. (2020). Recommendations to decrease the impact of a COVID-19 second wave on « cultural communities ». Montréal : Institut universitaire SHERPA. Lire >>

 

Retour en haut de la page

Health communication, sociocultural diversity and Covid-19


Chercheurs

Cécile Rousseau, Rochelle Frounfleker (McGill/IU SHERPA), Diana Miconi (McGill/IU SHERPA, Jude-Mary Cenat U.Ottawa), Vivek Venkatesh (Concordia), Christine Greenaway (McGill), Annie Jaimes (McGill) 

Financement

McGill Interdisciplinarity initiative in infection and immunity

Description du projet

The adoption of prevention measures is key to limiting the spread of COVID-19, but the endorsement of these is associated with social and cultural factors that interact with, and influence, community and individual experiences of the outbreak.  

This project utilizes both interviews and an online survey to assess the association between minority status, socio-economic adversity, mental health and understanding of public health messages and implementation of preventive behaviors. 

Objectifs 

  1. Quantitatively examine the relationship between individual psychosocial characteristics, knowledge of COVID-19, and engagement in COVID-19 prevention behaviors in five sociocultural groups in Quebec  
  2. Qualitatively explore community attitudes and beliefs towards public health messaging and engagement in COVID-19 prevention (40 interviews). 
     

    Collecte de données 

    Léger Marketing will recruit Quebec residents from five sociocultural groups (Jewish, Arabic, Chinese, Black, Canadian-born white).  

     Retombées 

    The results will inform the formulation of communication guidelines for provincial and national policy makers, as well as the design of informational material in languages adapted to vulnerable groups and communities. 

Publications

Miconi, D., Li, Z., Frounfelker, R. L., Venkatesh, V., & Rousseau, C. (Under review). Socio-cultural correlates of self-reported experiences of discrimination related to COVID-19 in a culturally diverse sample of Canadian adults. International Journal of Intercultural Relations.

Miconi, D., Li, Z., Frounfelker, R. L., Santavicca, T., Cénat, J. M., Venkatesh, V., & Rousseau, C. (Under review). Ethno-cultural disparities in mental health during the COVID-19 pandemic: A cross-sectional study on the impact of exposure to the virus and COVID-related discrimination and stigma on mental health across ethno-cultural groups in Quebec (Canada). BJPsych Open.

 Frounfelker, R. L., Santavicca, T., Li Z., Miconi, D., Venkatesh, V., & Rousseau, C. (Under review). COVID-19 Perceived Risk, Stigma, Discrimination and Health Behavior. Health Education and Behavior.

Rousseau, C., & Miconi, D. (sous presse). Protecting Youth Mental Health During the COVID-19 Pandemic: A Challenging Engagement and Learning Process. Journal of the American Academy of Child and Adolescent Psychiatry (JAACAP, Clinical perspectives)

Retour en haut de la page

Réactions : Récits d’enfants et d’adolescents sur la Covid-19


Chercheurs

Christine Gervais (UQO), Isabelle Côté (UQO), Dominique Lalande (UQO) 

Partenaires

Ministère de la Famille

Financement

Description du projet

L’étude Réactions a pour but de comprendre de façon longitudinale l’expérience des enfants et adolescents d’âge scolaire de la pandémie de la COVID19 ainsi que ses effets sur eux-mêmes et leurs parents.  

Objectifs spécifiques 

  • Dresser un portrait des connaissances et de la compréhension des jeunes de la pandémie de la COVID19 
  • Explorer les représentations des jeunes des conséquences positives et négatives des mesures de prévention et de protection imposées en réponse a la COVID19 
  • Identifier les facteurs qui contribuent et nuisent au bien-être des enfants, des adolescents et de leur parent en contexte de confinement et de dé-confinement; 
  • Décrire l’évolution du bien-être, du fonctionnement parental, du fonctionnement familial et du soutien social des familles du Québec au cours de la crise de la COVID19

    Collecte de données 

Devis longitudinal (3 temps de mesure) mixte : 

  • Questionnaire en ligne comprenant des mesures standardisées qui permettent de documenter leur fonctionnement individuel, parental, familial et social ainsi que la sévérité de l’exposition de leur famille a la COVID-19 
  • Entretiens semi-dirigés avec les enfants autour d’une activité de tri des métaphores. 

Retombées  

Générer des connaissances pouvant être mobilisées par les décideurs afin d’être mieux préparés pour soutenir les familles lors de prochaines situations de crise. 

Publications

Gervais, C., Côté, I., Lalande, D. (2020). Étude Réactions. Premier rapport d’étape. Université du Québec en Outaouais, 9 p. Lire >>

Retour en haut de la page

Vulnérabilité et engagement : enjeux identitaires des jeunes personnes descendantes de migrants faisant l’objet de racisme dans un contexte de pandémie


Chercheurs

Sophie Hamisultane (Université de Montréal)

Financement

CRSH - UdeM

Description du projet

Construire une réflexion critique de l’articulation de la vulnérabilité et de l’engagement des jeunes personnes descendantes de migrants (PDM) racisées au Canada en utilisant la situation actuelle de la pandémie mondiale due à la COVID-19.
Notamment en effectuant des consultations auprès de jeunes PDM perçus comme « asiatiques » qui ont d’autant plus fait l’objet de micro-agressions racistes au niveau individuel comme au niveau collectif depuis la pandémie.

Publications

À venir

Retour en haut de la page

Congés de maladie et distanciation sociale à l’ère de la précarisation de l’emploi : mieux comprendre les conditions de travail et les prises de décision pour prévenir la transmission de la COVID-19


Chercheurs

Daniel Côté (IRSST), Ellen MacEachen (UWaterloo), Marie Laberge (UdeM), Shannon Majowicz (UWaterloo), Samantha Meyer (UWaterloo), Jessica Dubé (IRSST)

Financement

IRSST 2020-2021

Description du projet

Au cours des dernières décennies, le Canada, à l’instar des autres économies dites avancées, a connu une transformation importante de l’emploi, de plus en plus caractérisé par la précarité et l’instabilité (emplois à faible revenu ou au salaire minimum, des emplois temporaires ou contractuels). La précarité du travail signifie qu’il est souvent plus difficile pour ces travailleurs de déclarer un incident ou une lésion professionnelle, car la crainte de perdre son emploi ou ne pas être rappelé est bien présente.  

Pour les travailleurs des secteurs dits essentiels en période de pandémie et de confinement, la recommandation de rester à la maison, de même que l’application du droit de refus d’une tâche jugée dangereuse, peut s’avérer difficile à appliquer.  

Objectif 

  • Mieux comprendre comment les personnes ayant un emploi précaire perçoivent la situation et comment elles modulent leurs choix en matière de prévention pour atténuer la propagation de la COVID-19 
  • Documenter  comment l’emploi précaire peut contribuer à façonner des dynamiques sociales de la transmission du virus et de construction de la vulnérabilité.  

Collecte de données 

68 participants seront recrutés au Québec et en Ontario : 1) des travailleurs à faible revenu et à emploi précaire (entreprises de secteurs dits essentiels dans tous les secteurs concernés, p. ex. santé et services sociaux, production agroalimentaire, production manufacturière, transports, vente au détail, etc.); 2) des gestionnaires qui supervisent ces travailleurs; et 3) des informateurs clés ayant un aperçu plus général des politiques et des pratiques en matière de travail et de santé. 

Retour en haut de la page

Évolution des besoins sociaux et en santé somatique et psychique des mineurs non accompagnés à Paris face à la COVID-19 et les adaptations mises en oeuvre par la société civile pour continuer à les prendre en charge pendant la période de confinement en France.


Chercheurs

 Lara Gautier (UdeM),  S. Ngeungang-Wakap (Médecins du Monde), JD. Poveda  (Médecins du Monde), M.  Bouchon (Médecins du Monde)

Partenaires

Programme Mineurs Non Accompagnés de Médecins du Monde

Financement

FRQS, 2019-2021

Description du projet

Contexte : Les mineurs non accompagnés (MNA) sont des enfants de moins de 18 ans qui s’installent dans un pays étranger sans être accompagnés d’un tuteur légal. Les gouvernements des pays d’accueil sont responsables de la prise en charge des mineurs non accompagnés. En France, les mineurs non accompagnés bénéficient théoriquement d’une protection de l’enfance. Cependant, les systèmes d’évaluation refusent souvent leur protection en raison du rejet de leur statut de minorité. De ce fait, elles vivent dans la précarité sociale et ont un accès limité aux services de santé. À Paris, l’Organisation Non Gouvernementale (ONG) Médecins du Monde (MdM) leur offre une prise en charge médico-psycho-sociale. En mars 2020, des mesures de confinement et distanciation visant à contenir la COVID-19 ont davantage réduit l’accès des MNA non protégés aux services sociaux et de santé. Cette situation critique a incité MdM à adapter son offre de soins au contexte de crise sanitaire. Pour cette étude de cas, nous avons cherché à répondre à la question suivante : quels étaient les besoins en santé et soutien psychosocial des MNA non protégés pendant le confinement et comment le programme MNA de Médecins du Monde a-t-il répondu à ces besoins dans le contexte de la crise sanitaire ?

Méthodes : Premièrement, nous estimons l’évolution des besoins en santé et de soutien psychosocial d’une cohorte de 58 MNA non protégés pendant les huit semaines de confinement en utilisant des données secondaires. Deuxièmement, au moyen d’entretiens approfondis avec les bénévoles et du personnel permanent de MdM (n=15), nous explorons davantage les besoins des MNA et documentons l’expérience des consultations téléphoniques avec cette cohorte de MNA. Les données qualitatives ont fait l’objet d’une analyse thématique, tandis que les données quantitatives sont décrites à travers des séries chronologiques.

Résultats : Les séries chronologiques montrent les évolutions des besoins des MNA inclus dans l’étude au fil du temps. La nouvelle forme de prise en charge de MdM peut avoir contribué à atténuer le sentiment d’isolement éprouvé par les MNA. Elle a également eu plusieurs conséquences inattendues. Elle a notamment soulevé des enjeux autour d’un possible rétrécissement à un espace de communication dual, et non plus ancré dans l’espace institutionnel de MdM. Des difficultés liées à la langue ont par ailleurs fait ressortir davantage d’incertitude dans le diagnostic à poser par les professionnels, par rapport aux consultations en présentiel.

Conclusions : Cette étude souligne le rôle d’ONG comme MdM de soutien psychosocial pour les MNA, au-delà de la prise en charge médicale, et ce malgré les difficultés opérationnelles rencontrées. De plus, l’expérience de MdM illustre les manières dont la société civile et le milieu associatif viennent combler les manquements de l’État, y compris en contexte de crise. Sur la base des résultats de cette étude de cas, nous recommandons un réengagement de l’État, notamment à mettre en œuvre la recommandation des autorités de santé publique (Haute Autorité de Santé, Haut Conseil de la Santé Publique) d’offrir un hébergement approprié aux MNA, quel que soit leur statut, au moins en cas de crise sanitaire.

Publications

Gautier L, Poveda JD, Nguengang-Wakap S, Quesnel-Vallée A. Adapting care provision and advocating for unprotected unaccompanied minors in Paris in the context of COVID-19. Global health Promotion, special issue COVID-19. (under review)

Retour en haut de la page

COVID-19 Outreach and Communications for Marginalized Communities in Montreal- CoVivre


Chercheurs

Cécile Rousseau (McGill),  Alexandra de Pokomandy (Research Institute of the MUHC), Sarah Gallagher (pan-Canadian COVID-19 research network) 

 

Partenaires

SHERPA, CERDA, TCRI, DRSP

Financement

Fondation Trottier

Description du projet

The pandemic and subsequent public health measures have caused significant economic, societal, family, and individual hardship. But the consequences of both the disease and the shutdown have not been equitably distributed, with certain populations experiencing disproportionately greater negative economic, psycho-social, and health impacts 

CoVivre is a comprehensive program of community outreach and advocacy, global and focused communications, and healthcare resource networking with marginalized communities in Montreal.  

 The program is developed in collaboration with and guided by community organizations. Members of the communities are best placed to understand their own needs and how to address them, and they have the networks and positions of trust necessary to be effective.  

 Objectives of the program 

  1. Protect Montrealers from future outbreaks: The coronavirus is dangerous for all of us. Because individuals in marginalized communities are at highest risk of both initial infection and subsequent transmission, addressing both aspects of this risk will protect everyone. 
  2. Improve psycho-social well-being of individuals in marginalized communities: Studies of individuals in marginalized communities have revealed the severe negative effects of the pandemic as well as the public health measures. Mental health distress is very high, and it is taking a toll on many people. This pandemic will be a reality for at least next year, and solutions are needed now to mitigate these significant consequences on well-being and on child and youth development. 
  3. Increase health care access for marginalized communities: Health care access in Montreal is a perennial issue, but it is particularly difficult for newcomers to Canada, non-French/English speakers, and for others not familiar or comfortable with government institutions. Establishing smoother paths towards accessing health-care (specifically primary care and mental health services) and other support services that individuals are eligible for will improve healthcare outcomes. 
Publications

On parle de CoVivre dans la Journal Métro
Lire >>

Retour en haut de la page

COVID-19 and Refugee Families in Montreal: Strategies for reaching hard-to-reach populations in health emergencies


Chercheurs

Nicole Ives (McGill), Jill Hanley (McGill), Marjorie Rabiau (McGill), Paula Kline (Montreal City Mission), Janet Cleveland (IU SHERPA)

Partenaires

Montreal City Mission (Paula Kline, Executive Director)

Financement

Centre for Research on Children and Families, School of Social Work, McGill and the Child and Youth Refugee Research Coalition, Dalhousie University (financé par une subvention de partenariat du CRSH)artnership Grant).

Description du projet

A serious challenge in rapidly assessing the gaps and barriers to effective communication with newcomer populations around COVID-19 is that they may be difficult to reach. Newcomers who are not fluent in English, may have limited internet access and social media usage, and may not know and/or trust local information sources. The most vulnerable among immigrant and refugee communities may not only be missed in current efforts to convey the standards of practicing public health, but may also be missed in efforts to identify gaps in information dissemination and resources required.

The study seeks to understand the extent to which public health messaging about COVID-19 by QC government and not-for-profit entities is reaching refugee families, identify the barriers and facilitators to acting on public health messaging, and explore the impacts of COVID-19-related social isolation on refugee families and strategies families have used to cope.

The sample is drawn from Quebec participants in the 4-year Syria Long-Term Health Outcomes study (Syria.lth) under Dr. Michaela Hynie and Syrian refugees involved in activities connected to Montreal City Mission and a small number of key informants. The total sample size is 250 refugee participants and 5 key informants. Data collection will be conducted in Arabic via a phone survey.

Survey results would be shared with community organizations working with the Syrian community as well as with the Direction de la Santé publique de Montréal and other actors in the public health sector. 

Publications

À venir.

Retour en haut de la page

LGBTQ migrant health clinic and outreach program in Montreal


Chercheurs

Vania Jimenez (Maison Bleue), Jean-Paul Tellier, Edward Ou Jin Lee (UMontréal),  Hamed Hamila (IU SHERPA), Yann Zoldan(IU SHERPA), Renata Militzer(IU SHERPA), Annie Pontbriand (IU SHERPA), Annie Pullen Sansfaçon (UMontréal)

Partenaires

GMF Village santé (CIUSSS CODIM), Organisme AGIR

Financement

Collège des médecins

Description du projet

This project will implement the first-ever LGBTQ migrants (including immigrants and refugees) and racialized community health clinic and peer navigator outreach program in Montreal, the need for which has been vastly increased by the COVID pandemic. The goal will be to increase access, continuity of care and address the health impacts of COVID-19 on this population. Integrated into a family medicine group (FMG) within a larger public health clinic (CLSC) serving mostly migrants, this project brings together an interdisciplinary team of health care providers, peer navigators and an LGBTQ migrant community organization, AGIR.

Retour en haut de la page

Tisser des liens. Un projet de valorisation de la pratique des agents dédiés aux relations école-famille-communauté en contexte de pandémie


Chercheurs

Geneviève Audet (UQAM)

Financement

Description du projet

Valoriser la pratique des agents aux relations écoles-famille-communauté par un processus de reconstruction de leur récit de pratique.

Publications

À venir.

Retour en haut de la page

Mesures contre la COVID-19 et la prise en charge de filles et de femmes à risque de violence domestique : qu’en est-il pour les intervenantes des lignes directrices d’urgence et des hébergements?


Chercheurs

Christina Zarowsky,  Bilkis Vissandjée, Olivier Ferlatte, Hélène Carabin, Sonia Michaelsen (UdeM)

Financement

CRESP

Description du projet

Le but de ce projet pilote est d’explorer, auprès des intervenants dans la communauté et des organismes communautaires, l’impact des mesures de distanciation sociale en contexte de pandémie COVID-19 et l’offre des services aux personnes à risques de violence domestique.

Publications

Hyman, I. & Vissandjée, B. (2020). Préoccupations, intersectionnalité et violence domestique en contexte de COVID-19/COVID-19 and Concerns about Violence in the Home among Canadian Immigrant Men and Women. Canadian Diversity, 17(3), 34-29

Lire >>

Retour en haut de la page

L'intervention avec interprète en temps de crise


Chercheurs

Monica Ruiz-Casare (McGill-IU SHERPA), Naïma Bentayeb (IU SHERPA), Isabelle-Ann Leclair-Mallette (IU SHERPA), Isabelle-Ann Leclaire-Mallette (IU SHERPA), Yvan Leanza (ULaval), Mélanie M. Gagnon,  (CERDA), Jill Hanley (McGill-IU SHERPA)

Partenaires

17 CISSS et CIUSSSS au Québec, Direction des services intégrés de première ligne, CIUSSS du Centre-Ouest-de-L’Île-de-Montréal, TCRI, DRSP-cellule communautés ethnoculturelles, PRAIDA, BINAM, Table de quartier de Montréal Nord

Financement

IU SHERPA, CERDA, CRCR (McGill)

Description du projet

Une grande proportion de la population immigrante ne parle ni le français ni l’anglais à leur arrivée au Québec. L’enjeu de la communication et de la barrière linguistique pour ces personnes est au coeur de la prestation des soins et services en santé et services sociaux.

Bien que la littérature soit abondante au sujet de l’interprétation en santé et services sociaux, peu ou pas d’études ont porté sur la téléinterprétation et l’interprétation en contexte de crise sanitaire, et aucune au Québec. Ce projet permettra de valider le succès ou pas du recours à la téléinterprétation de façon générale et en particulier en contexte de crise sanitaire.

Objectifs

(1) Explorer la littérature existante au sujet des enjeux rapportés par les acteur.rice.s terrain à propos de l’interprétation à distance et l’interprétation en temps de crise en santé et services sociaux.

(2) Documenter les enjeux rencontrés par les acteur.rice.s terrain en santé et services sociaux au Québec en termes d’interprétation à distance en contexte de crise sanitaire.

(3) Recenser les pratiques utilisées ou les pratiques innovantes développées par les acteur.rice.s terrain en santé et services sociaux au Québec en contexte de crise sanitaire.

Méthodologie

  1.  Une revue de littérature de type « scoping review » pour dresser le portrait des connaissances scientifiques disponibles au sujet des enjeux et pratiques d’intervention avec interprète en contexte de crise, avec un accent particulier sur l’interprétation en téléintervention.
  2. Un questionnaire en ligne utilisé pour documenter les enjeux rencontrés lors de la prestation de soins et de services par téléintervention en présence d’interprètes durant la crise de la COVID et recenser les pratiques innovantes qui ont été développées pour répondre aux besoins de leurs usager.ère.s allophones en contexte de crise.

Ce projet s’inscrit dans la continuité d’un vaste projet d’ETMISSS réalisé par le CIUSSS CODIM sur l’interprétariat en tant que mode d’intervention en santé et services sociaux et qui a mené à la publication d’un rapport et d’une série de recommandations en 2017

Publications

Ce projet s’inscrit dans la continuité d’un vaste projet d’ETMISSS réalisé par le CIUSSS CODIM sur l’interprétariat en tant que mode d’intervention en santé et services sociaux et qui a mené à la publication d’un rapport et d’une série de recommandations en 2017. Lire le rapport >>

Retour en haut de la page

Comment la santé publique, les hôpitaux et leur personnel font face à la pandémie de COVID-19?


Chercheurs

Chercheurs  : Zinszer K (UdeM, Canada), Girão E (Universidade Federal do Ceará, Brésil), Quach-Thanh C (CHU Ste-Justine, Canada), Savard N (DRSP Montréal, Canada), Yazdanpanah Y (Hôpital Bichat, France), Lima Neto A (Universidade de Fortaleza, Brésil),  Touré L (Miseli, Mali) Ridde V (Institut de Recherche pour le Développement-IRD, France)

Co-chercheurs : Bonnet E (IRD, France), Coulibaly A (Miseli, Mali), Chabrol C (IRD, France), Cloos P (UdeM), Dagenais C (UdeM), Duhoux A (UdeM), Gautier L (UdeM), Oliveira S (Fondation Osvaldo Cruz, Brésil), Peiffer-Smadja N (Hôpital Bichat)

Partenaires

CHU Ste-Justine, CISSS de Laval, DRSP Montréal, Hôpital Bichat, Hôpital du Mali, Hôpital de Pernambuco

Financement

IRSC 2020-2022

Description du projet

Une grande partie des efforts actuellement mis en oeuvre dans le monde  visent à réduire le fardeau de la COVID-19 sur des systèmes de santé et le personnel mis à rude épreuve depuis ses débuts. Cependant, très peu de recherches ont encore été entreprises dans le monde pour en comprendre l’impact sur les systèmes de soins et de santé publique et leurs professionnels. Au-delà de l’essentielle recherche biomédicale, il est impératif que la pandémie de COVID-19 soit étudiée sous l’angle de son impact sur la santé publique, les systèmes de soins et les professionnels. 

 

L’objectif scientifique est de comprendre et comparer la résilience des hôpitaux et de leur personnel en lien avec les institutions de santé publique au Canada, en Chine, au Brésil, en France et au Mali face à la pandémie de COVID-19. 

La démarche méthodologique de cette recherche est une approche d’étude de cas multiples. Cinq pays et 5 grands hôpitaux représentant différents continents et stades de lutte contre la pandémie ont été ciblés afin de permettre de tirer des leçons solides de ces comparaisons internationales. 

Une démarche exploratoire permettra d’avoir une vision globale de la situation dans chaque hôpital et, par la suite,  des analyses plus approfondies sur certains thèmes en particulier (par ex : les médicaments, l’organisation des soins, les directives, la protection du personnel, etc.) seront réalisées dans une perspective comparative. La recherche s’appuiera sur des données qualitatives issues de séances d’observations de situations, d’entrevues avec les professionnels et d’analyses de documents. Des analyses épidémiologiques viendront soutenir la recherche qualitative.

Cette vaste démarche internationale permettra de développer une stratégie efficace de transfert des connaissances pour partager des leçons apprises entre les pays sur la manière dont les institutions de santé publique et les hôpitaux et leur personnel ont fonctionné dans cinq pays différents, pour faire face et à la pandémie afin de garantir un accès à des soins de qualité pour tous.

Des ateliers dans chaque pays et un atelier final international réuniront, au cours de l’été/automne 2021, chercheurs, décideurs, gestionnaires, professionnels des hôpitaux et des organisations de la société civile afin de produire collectivement ces recommandations opérationnelles.

Publications

Fiche synthèse du projet : Comment la santé publique, les hôpitaux et leur
personnel font face à la pandémie de COVID-19?
Lire >>

Retour en haut de la page