Familles, parentalité et périnatalité


La venue au monde d’un enfant représente un moment marquant du cycle de vie. Les périodes péri et postnatales sont chargées de sens et interpellent les savoirs, les valeurs et les pratiques à la fois des familles nouvellement arrivées que des intervenants. C’est aussi, parfois, la toute première occasion pour les immigrants récents d’entrer en contact avec les services de leur société d’accueil, tels que les CLSC, l’école, etc. La petite enfance et la périnatalité, en contexte d’immigration, a constitué le tout premier créneau de recherche développé au CSSS de la Montagne, aujourd’hui intégré dans le CIUSSS Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

À travers le prisme de la parentalité et de la famille,  plusieurs enjeux liés à l’identité, aux rôles sociaux, à la transmission ainsi qu’à l’intervention et l’adaptation des services en contexte d’immigration et de diversité sont abordés dans cette thématique.

Une recension systématique de la littérature sur le thème de l’expérience de la parentalité des réfugiés, demandeurs d’asile et sans papiers  a été réalisée en 2017 par une chercheure membre de SHERPA. Consulter l’article >>

Parentalité

Périnatalité

Identité

Transnationalisme et services de santé et sociaux pour les familles migrantes avec de jeunes enfants


Chercheurs

Lisa Merry (U.de Montréal)

Financement

FRQSC : 2018-2021

Description du projet

Les liens transnationaux des familles migrantes peuvent contribuer à leurs épreuves et/ou être source de résilience. Étant donné l’impact sur les familles, une perspective transnationale est requise pour mieux comprendre et appuyer les familles migrantes. Cependant, nous connaissons peu comment les fournisseurs des services (ex. infirmières, travailleuses sociales) qui travaillent avec les familles migrantes avec de jeunes enfants, répondent à ces contextes et expériences transnationales; reconnaissent-ils les liens transnationaux, abordent-ils les préoccupations transnationales et appuient-ils l’utilisation des ressources transnationales? Il reste aussi des lacunes dans nos connaissances concernant les perspectives des fournisseurs des services; est-ce qu’ils sont empathiques ou indifférents aux liens transnationaux.

L’objectif de ce projet est d’examiner : 1- si la prestation des services de santé et sociaux qui cible les familles migrantes avec des jeunes enfants (0-5 ans) prend en compte les contextes transnationaux de ces familles; 2- comment les fournisseurs des services abordent le transnationalisme dans la prestation des services de santé et sociaux; et 3- quelles sont les perspectives des fournisseurs des services concernant les liens transnationaux des FM.

La Phase 1, sera une revue de la littérature (« integrative review »). La littérature [des publications gouvernementales, non-gouvernementales et examinées par des pairs, incluant la recherche empirique (qualitative, quantitative ou méthodes mixtes), des rapports de projets d’assurance qualité et documents de discussion] qui porte sur un programme, service, ou intervention sociale ou de santé, qui cible les parents migrants avec des jeunes enfants (grossesse à 5 ans) au Canada, États-Unis, Europe et Australie, ou qui décrit les expériences des parents migrants, sera passée en revue. Les informations concernant le transnationalisme et la prestation des services de santé et sociaux, incluant les perspectives des fournisseurs, seront synthétisées.

En Phase 2, une étude ethnographique institutionnelle sera menée à La Maison Bleue (organisme Montréalais de services de santé et sociaux aux familles vulnérables avec de jeunes enfants, incluant des familles migrantes). Les données seront recueillies par entrevues semi-structurées avec des fournisseurs des services (infirmières, travailleuses sociales, médecins, éducateurs), l’observation participante et l’examen des documents. Les données seront analysées afin d’obtenir une compréhension approfondie concernant les liens transnationaux des familles migrantes et la prestation des services de santé et sociaux.

Publications

À venir

Retour en haut de la page

Geographies of care: professionals, caregivers and children’s views of (in)adequate supervision across cultures


Chercheurs

Monica Ruiz-Casares (McGill-CIUSSS CODIM), Carl Lacharité (UQTR), Vickie  Lafantaisie (UQO), Patricia Li (McGill), Tristan Milot (UQTR), Ellen Sheiner-Moss (UQAM), Vandna Sinha (McGill), Nico  Trocmé (McGill)

Financement

CRSH: 2015-2018 This project benefits from additional partner funding from the “Building research capacity with First Nations and mainstream youth protection services in Quebec” and from the Centre d’études interdisciplinaires sur le développement de l’enfant et la famille (UQTR)

Description du projet

Adequate supervision is crucial for the prevention of childhood injuries, sexual abuse, and antisocial behavior as well as for the provision of emotional caring that is part of good parenting. In Canada, lack of supervision is the most frequent type of neglect, and it represents 15% all substantiated maltreatment cases. Despite high prevalence of supervisory neglect and its harmful consequences on child development and wellbeing, there is confusion about what constitutes (in)adequate supervision, particularly in the context of growing immigration and cultural diversity. Distinct patterns of independence giving and other cultural norms such as in regards to household responsibilities, call for consideration of the ethno-cultural background of families yet fears have been raised that professionals’ prejudices many result in stigmatization of ethnic minority families. Objectives: The purpose of the study is to develop a better understanding of caregivers, children, and professionals’ views on (in)adequate supervision across diverse cultural and socioeconomic groups in Quebec and the extent to which professionals’ assessment of lack of supervision reflects diverse cultural norms. Methods: Focus groups will be conducted with (a) immigrant, Aboriginal, and mainstream Quebequer caregivers and children in family-based care and (b) community leaders and service providers in education, health, youth protection and the police working with ethno-culturally diverse families in Montreal, Trois-Rivières-Central Quebec, and an Aboriginal reserve in Quebec. Participants will be invited to share their experiences and perspectives on what constitutes (in)adequate child care and supervision, practices used to support caregivers of children, and criteria used to evaluate risk and safety in the context of different socio-cultural norms. Contribution: The results of this study will be useful to advance scholarly understandings of (in)adequate child supervision from the perspective of immigrant, Aboriginal and mainstream caregivers and children in Quebec as well as the criteria used by professionals to assess risk and support in the context of different socio-cultural norms. This study will strengthen collaboration among child neglect scholars across disciplines in Quebec and contribute to training and mentoring students in crosscultural child welfare. The use of our new framework for assessing supervisory neglect will assist in the development of effective policy guidelines and family support programs by providing insight on a range of (in)adequate childrearing practices among ethno-cultural minorities. This in turn can lead to more accurate reporting of supervisory neglect cases.

Publications

À venir

Retour en haut de la page

Documenter la problématique d’anémie ferriprive chez les enfants de 0-5 ans et identifier les meilleures interventions en nutrition auprès de communautés immigrantes de Parc-Extension


Chercheurs

Porteur de projet et chercheur praticienne membre de Sherpa: Josiane Cyr (CIUSSS Centre-Ouest-de-l’île-de-Montréal)

Chercheur : Patricia Li (McGill)

Partenaires

CIUSSS Centre-Ouest-de-l’île-de-Montréal (Sherpa et CLSC de Parc-Extension), RRAPPL McGill, Maison Bleue de Parc-Extension

Financement

Réseau de Recherche Axée sur les Pratiques de Première Ligne Université McGill (R1Q)

Description du projet

Contexte :

L’anémie ferriprive est reliée à des problèmes de développement chez l’enfant, surtout au niveau cognitif, et ces effets pourraient être irréversibles. Cette condition entraîne des effets néfastes sur la santé humaine, et aussi au plan social et économique. Or, cette maladie, d’origine nutritionnelle, peut facilement être prévenue par des moyens appropriés.

Le territoire de Parc-Extension, à Montréal, est l’un des quartiers les plus défavorisés et multiethniques au Canada. Parmi les nouveaux arrivants qui résident à Parc-Extension, soit les immigrants les plus susceptibles d’avoir de jeunes enfants, plusieurs sont originaires de l’Inde, du Pakistan, du Bangladesh, d’Afrique ou d’Haïti, tous des pays où l’anémie est endémique, soit plus de 40% des enfants de 0 à 5 ans.

Objectif :

L’objectif global du projet est de récolter des données qui pourront supporter une intervention/recherche plus large visant à agir sur les déficiences en fer, l’anémie ferriprive et les carences nutritionnelles des

enfants de 0-5 ans provenant de communautés multiculturelles et défavorisées.

Métodologie :

  • Compiler les données de dépistage de la Maison Bleue de Parc-Extension, qui est fait de façon systématique pour les enfants qui reçoivent leur vaccin de 6 mois.
  • Dépister les enfants à risques d’anémie ferriprive à l’aide d’une grille adaptée.
  • Identifier par des focus groups les freins et les éléments facilitants

pour mettre en place des initiatives et identifier comment rejoindre les gens des diverses communautés et comment mieux adapter les services de première ligne à leurs besoins et à leur réalité culturelle.

  • Développer des partenariats avec des membres de diverses communautés et organismes et élaborer un protocole pour un essai pragmatique, basé sur les données obtenues par les données de dépistage de la Maison Bleue, de la grille de dépistage et lors des groupes de discussion.

Retombées :

Suite à ce projet, nous voulons développer des interventions innovantes qui permettront aux familles d’être mieux outillées en matière de promotion de la santé, ainsi que de prévenir en bas âge les problèmes d’alimentation et les maladies nutritionnelles chez les jeunes enfants issus de l’immigration à Parc-Extension. Ces interventions intégreront des services de soins primaires interdisciplinaires, des patients-partenaires et des ressources communautaires.

Publications

À venir

Retour en haut de la page

Migrant Friendly Maternity Care (MFMC) in Montreal


Chercheurs

Anita Gagnon, Jennifer Mary Blake, Luisa Ciofani, William D. Fraser, Theresa W. Gyorkos, Manavi Handa, Emmanuelle Hébert, Lisa A. Merry, Irene Sarasua, Sonia E. Semenic et Jennifer Somera

Financement

CIHR : 2013-2016

Description du projet

Half of all births in Montreal are to international migrant women and migrant women are responsible for over one-fifth of all Canadian births. Some migrant women are more likely to experience adverse health outcomes associated with giving birth, while being less likely to experience others. These risks are often not explained by biomedical factors and so, the role of care provided to migrant women during pregnancy, labour, birth, and afterwards comes into question. The international community has identified migrant health and care provision as a priority.

Objectives: We seek to know to what extent migrant-sensitive maternity care (for example, communication facilitation) is currently being provided to international migrant women who arrived in Canada less than 5 years ago and are giving birth in Montreal. We would also like to identify which factors facilitate or impinge this care from being given and further, what about this care has the greatest impact on unplanned caesarean births.

Methodology: We will carry out three studies within this project in the four hospitals in Montreal with the greatest number of births to international migrant women with non-English or French (i.e., ‘allophone’) maternal languages. First, all allophone women in Canada < 5 years, and from non-Western countries (about 2400) will be recruited in the order they give birth, their health records reviewed, and they will be asked questions about the maternity care they received and their perceptions of that care. Second, we will interview hospital staff, review policies and procedures, and observe how things function in each hospital. Third, a sub-group of women from the first study who had a caesarean birth during labour will be compared to women who had vaginal births.

Outcomes: The results of this project will be used to improve maternity care provided to migrant women in Montreal, and elsewhere, through our partnerships with health professional associations.

Publications

Wanigaratne, S., Y. Shakya, et al. (2018). “Refugee maternal and perinatal health in Ontario, Canada: a retrospective population-based study.” BMJ open 8(4): e018979

Mahon, A., L. Merry, et al. (2017). “Postpartum pain in the community among migrant and non-migrant women in Canada.” Journal of Immigrant and Minority Health 19(2): 407-414.

Dennis, C.-L., L. Merry, et al. (2017). “Postpartum depression risk factors among recent refugee, asylum-seeking, non-refugee immigrant, and Canadian-born women: results from a prospective cohort study.” Social Psychiatry and Psychiatric Epidemiology 52(4): 411-422.

Peláez, S., K. N. Hendricks, et al. (2017). “Challenges newly-arrived migrant women in Montreal face when needing maternity care: Health care professionals’ perspectives.” Globalization and health 13(1): 5

Merry, L., S. Vangen, et al. (2016). “Caesarean births among migrant women in high-income countries.” Best Practice & Research Clinical Obstetrics & Gynaecology 32: 88-99.

Merry, L., S. Semenic, et al. (2016). “International migration as a determinant of emergency caesarean.” Women and Birth 29(5): e89-e98.

Dennis, C.-L., L. Merry, et al. (2016). “Prevalence, continuation, and identification of postpartum depressive symptomatology among refugee, asylum-seeking, non-refugee immigrant, and Canadian-born women: results from a prospective cohort study.” Archives of Women’s Mental Health 19(6): 959-967.

Gagnon, A. J., & Redden, K. L. (2016). Reproductive health research of women migrants to Western countries: A systematic review for refining the clinical lens. Best Practice & Research Clinical Obstetrics & Gynaecology, 32, 3-14.

Gagnon, A., S. Pelaez, et al. (2015). “Migrant Friendly Maternity Care in a estern Urban Centre Anita Gagnon.” European Journal of Public Health 25(suppl_3).

Merry, L., S. Semenic, et al. (2015). “Predictors of Emergency Caesarean Births to Low-Risk Migrant Women Lisa Merry.” European Journal of Public Health 25(suppl_3).

Retour en haut de la page

Déterminants de l’anémie ferriprive chez les enfants immigrants d’âge préscolaire : le rôle de la nutrition, de l’attachement et de la dépression maternelle


Chercheurs

Vanessa Lecompte (postdoctorat, McGill)

Superviseur : Cécile Rousseau (McGill)

Partenaires

Équipe Enfance Famille du CLSC parc-Extension

Financement

SHERPA : 2015-2017

Description du projet

Ce projet de recherche a été mené dans le cadre d’un stage postdoctoral, et réalisé en collaboration avec l’équipe Enfance-Famille du CLSC Parc-Extension.

Objectif: Examiner les facteurs de risques associés à un attachement insécurisant chez l’enfant, chez des familles immigrantes vivant un stress migratoire élevé. Plus particulièrement, ce projet vise à mieux comprendre de quelle façon l’anxiété et la dépression maternelle, le soutien social, le sentiment d’appartenance au pays d’origine et au pays d’accueil ainsi que certaines variables liées à la grossesse influencent l’attachement de l’enfant chez des familles à haut risque socioéconomique.

Méthodologie : 35 mères ont été recrutées au CLSC de Parc-Extension, à Montréal par l’entremise d’ateliers sur la nutrition offerts aux parents du quartier ont été rencontrées. Tous les enfants recrutés sont anémiques ou à risque d’anémie ferriprive. Pour pouvoir participer au projet, les mères devaient être immigrantes, et l’enfant devait avoir entre 12 et 60 mois.

Un questionnaire sur les habitudes alimentaires a été administré afin de documenter les pratiques alimentaires de l’enfant, ainsi que d’autres facteurs de risques pouvant prédisposer l’enfant à l’anémie. Le Hopkins Symptoms Check List, qui  mesure la présence et le degré des symptômes d’anxiété et de dépression récents et le Multidimensional Scale of Perceived Social Support qui vise à examiner la perception du soutien social ont également été administrés.Finalement, les comportements d’attachement de l’enfant ont été codifiés à partir d’une séquence de jeux libres filmée. La séquence filmée a été codifiée à l’aide du système Preschool and Early School-Age Attachment Rating Scales.

Publications

Lecompte, V., Z. Richard-Fortier, et al. (2017). “Adverse effect of high migration stress on mental health during pregnancy: a case report.” Archives of women’s mental health 20(1): 233-235.

Lecompte, V. and C. Rousseau (2017). “Determinants of child attachment in the years postpartum in a high-risk sample of immigrant women.” Journal of immigrant and minority health: 1-7.

Lecompte, V., D. Miconi, et al. (2018). “Challenges related to migration and child attachment: A pilot study with South Asian immigrant mother–child dyads.” Attachment & human development 20(2): 208-222.

Lecompte, V., Z. Richard-Fortier, et al. (2017). “Portrait psychologique et social de mères indiennes réfugiées : Les enjeux liés à l’attachement de l’enfant.” Revue québécoise de psychologie 38(3): 61-78.

Retour en haut de la page

Groupe de travail pour la mise sur pied d’un programme de prévention de l’anémie chez les enfants de 0-5 ans en territoire montréalais


Chercheurs

Porteur de projet et chercheur praticienne membre de SHERPA: Josiane Cyr (CIUSSS Centre-Ouest-de-l’île-de-Montréal)

Chercheurs : Patricia Li (UQAM) et VaniaJimenez (McGill)

Partenaires

CLSC Parc-Extension, La Maison Bleue, Fondation OLO, Table de concertation Petite enfance de Parc-Extension, CLSC Lasalle, CLSC Montréal-Nord, Ressource Action-Alimentation

Financement

SHERPA : 2017-2018

Description du projet

L’OMS estime que l’anémie affecte un quart de la population mondiale, principalement des enfants d’âge préscolaire et les femmes enceintes. En 2006, au Canada la prévalence de l’anémie chez les enfants d’âge préscolaire était de 7.6%. Sur le territoire du CLSC de Parc-Extension, les familles proviennent majoritairement de pays où, selon l’OMS, les taux d’anémie sont particulièrement élevés (Inde : 74%; Pakistan : 51%; Bangladesh : 47%). L’anémie ferriprive est associée à des problèmes de développement importants chez les enfants.

Objectifs : En 2017, une nutritionniste du CLSC Parc-Extension s’est associée à l’équipe de recherche SHERPA et à un médecin pédiatre pour proposer la mise en œuvre d’un comité de travail dont le mandat serait de soutenir le déploiement d’un programme de prévention, de recherche et de surveillance de l’anémie ferriprive chez les enfants de 0 à 5 ans de quartiers multiculturels de Montréal (collaboration avec la Maison Bleue). Le comité de travail est composé d’experts de divers milieux (médecins, nutritionnistes, représentants d’organismes en petite enfance/périnatalité et en nutrition en milieu pluriethnique). Une communauté de pratique en prévention de l’anémie ferriprive pourra être mise en place avec le soutien de SHERPA.

Retombées : Les travaux du comité ont permis de soutenir la réalisation d’une recension de la littérature sur la problématique de l’anémie ferriprive en contexte multiculturelle, d’initier la mise en place de données de surveillance, d’identifier des pratiques préventives adaptées au contexte multiculturel montréalais et de faire de représentations auprès de différents acteurs cliniques et institutionnels afin de sensibiliser à l’importance de la prévention de l’anémie ferriprive.

Le comité participera également l’élaboration, avec les chercheurs, de demandes de financement auprès d’organismes subventionnaires en recherche afin de soutenir la mise en œuvre d’un programme de recherche en prévention de l’anémie ferriprive.

Retour en haut de la page

Les identités plurielles des enfants des couples mixtes au Québec : entre transmission, choix personnels et contraintes sociales


Chercheurs

Josiane Le Gall (CIUSSS CODIM/ U. de Montréal), Catherine Therrien (U. Al Akhawayn, Maroc),  Deirdre Meintel (U. de Montréal), Géraldine Mossière (U. de Montréal), Maya Yapolsky (U. Laval),  Sophie Hamisultane (UQAM)

 

L’équipe de chercheures est présentement à la recherche de participants.

Voir l’affiche>>

Partenaires

Centre d’études ethniques des universités montréalaises (CEETUM)

Financement

CRSH : 2018-2022

Description du projet

Donnant suite à l’enquête sur les projets parentaux identitaires élaborés par les couples en union mixte au Québec (Le Gall et Meintel 2014), cette recherche vise à décrire et à comprendre le processus de construction identitaire des enfants de couples mixtes ayant été socialisés majoritairement au Québec. Ce thème est privilégié dans notre recherche en raison de la forte hausse des unions mixtes au cours des dernières années et du rôle significatif que les individus issus de ces unions joueront dans l’avenir au sein de la société. Ce thème est également très pertinent parce qu’il touche l’adaptation sociale et culturelle des familles mixtes et de leurs enfants au milieu environnant et permet non seulement d’explorer la dynamique du pluralisme, des processus d’inclusion/exclusion sociales et des liens transnationaux, mais également de nuancer certains débats liés à la diversité et à l’intégration souvent cristallisés autour des catégories exclusives « eux » et « nous ».

Objectifs :

  1. Documenter les principaux choix des enfants de couples mixtes en lien avec les marqueurs identitaires transmis (ou non) par leurs parents;
  2. Examiner leur sentiment d’appartenance;
  3. Identifier les divers éléments ayant façonné le processus de construction identitaire;
  4. Cerner l’impact de la perception sociale et des expériences de racisme et de discrimination;
  5. Étudier les formes et l’intensité de leurs pratiques transnationales.

Méthodologie : Dans le cadre de la recherche, des entretiens semi-directif sont réalisés auprès d’une centaine de personnes, hommes et femmes,  dont les parents présentent 3 types de mixité sur le plan ethnique observables au Québec : 1) un parent d’origine québécoise et un parent immigrant (quel que soit le pays); 2) deux parents nés au Québec dont l’un est d’origine québécoise et l’autre issu de l’immigration (c.-à-d.dont les parents sont immigrants); 3) deux parents nés au Québec et issus de l’immigration (origines ethniques différentes).

Publications

À venir

Retour en haut de la page

Les Mutilations Génitales Féminines-Excision (MGFE) au Canada


Chercheurs

Sophia Koukoui (UdeM)

Financement

Le Ministère des Femmes et de l’Égalité des Genres

Description du projet

L’excision et l’infibulation, communément appelées Mutilations Génitales Féminines-Excision (MGFE) sont un enjeu canadien en raison de l’immigration de personnes venant de pays où elles sont pratiquées. Ce projet de recherche du gouvernement fédéral vise à connaître comment les MGFE sont comprises et appréhendées par les membres des communautés culturelles concernées, vivant au Canada.

Cette recherche est effectuée en partenariat avec les communautés diasporiques concernées et des organismes communautaires. Des entretiens de recherche et groupe de discussion sont effectuées au Québec et en Ontario auprès de 150 participants adultes, issus de pays où les MGFE sont pratiquées, vivant au Québec et en Ontario.

En travaillant de concert avec les communautés affectées, les résultats de la présente recherche serviront à mieux définir les facteurs de risque et de résilience de cette pratique.

Publications

À venir

Retour en haut de la page