Accès et maintien en emploi


L’insertion au marché du travail est un facteur clé de l’adaptation des personnes immigrantes à la société d’accueil. Or, les liens spécifiques entre le travail, l’immigration et les interventions en santé et services sociaux demeurent peu explorés en recherche.  L’urgence d’investir ce champ émerge des préoccupations réelles au sein du réseau de la santé et des services sociaux,  et ce, de façon encore plus importante dans un contexte social de pénurie de main-d’œuvre au Québec où les travailleurs étrangers sont particulièrement nombreux.

Les projets de recherche regroupés sous ce domaine d’expertise  s’articulent autour de deux axes majeurs soit  celui des enjeux que soulèvent les programmes de migration temporaire (droits du travail, santé et sécurité au travail, intégration, interaction mobilité géographique et sociale, etc.) et celui du parcours de santé et sécurité (SST) et de réadaptation/retour au travail des travailleurs immigrants.

 

Les conditions de travail des travailleurs étrangers temporaires

La réadaptation et le retour au travail des travailleurs immigrants suite à une lésion professionnelle

L’insertion des travailleurs et professionnels formés à l’étranger

Construction et maintien de l'alliance thérapeutique en réadaptation au travail dans un contexte clinique interculturel


Chercheurs

Daniel Côté (Institut Robert-Sauvé en santé et sécurité au travail), Marc Corbière, Sylvie Gravel (UQAM), Jessica Dubé (IRSST), Bob White (UdeM)

Partenaires

IRSST

Financement

Institut Robert-Sauvé en santé et sécurité du travail : 2018-2021

Description du projet

Des barrières linguistiques et culturelles, de même qu’une méconnaissance du système de santé et du rôle des professionnels peuvent contribuer à augmenter le temps d’intervention auprès des travailleurs issus de l’immigration ayant subi une lésion professionnelle. Ces barrières interfèrent dans la constitution du lien entre l’intervenant et le patient, communément appelé l’« alliance de travail » (AT).

Les mécanismes et la dynamique interactionnelle permettant la construction et le maintien de l’alliance de travail sont encore peu connus et requièrent une connaissance fine des réalités cliniques afin de cerner les conditions et le processus de sa construction dans des contextes pluriethniques, notamment quand plusieurs professionnels sont appelés à collaborer au traitement d’un travailleur accidenté.

Ce projet vise à documenter la construction progressive et le maintien de l’AT entre des travailleurs immigrants ayant subi une lésion professionnelle indemnisée et leurs intervenants dans un contexte de retour au travail.
Les résultats du projet permettraient, entre autres, de raffiner les outils existants pour optimiser le temps d’intervention et le potentiel de retour au travail ainsi que d’y intégrer le nouveau matériel, par exemple, une grille d’investigation et le contenu de formation.

Retour en haut de la page

Migration et travail: expériences d’insertion en emploi des professionnels de la santé et des services sociaux formés à l’étranger


Chercheurs

Catherine Montgomery (UQAM), Marie-Emmanuelle Laquerre (UQAM), Lilyane Rachédi (UQAM), Spyridoula Xenocostas (Centre de recherche interdisciplinaire en réadaptation du Montréal métropolitain)

Financement

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH). Subventions ordinaires de recherche. 2017-2020

Description du projet

À l’échelle internationale, on note un nombre élevé de professionnels de la santé et des services sociaux qui migrent pour améliorer leurs perspectives en emploi. Cette mobilité est possible en raison d’une pénurie de main d’oeuvre dans le secteur sociosanitaire, laquelle est estimée à un manque d’effectifs de 4,3 millions mondialement. Les professionnels de la santé et des services sociaux formés à l’étranger sont hautement scolarisés et visent un secteur de travail en demande. Bien que ces éléments soient reconnus comme favorables, l’insertion des professionnels migrants ne se fait pas aisément.Afin de favoriser une meilleure intégration au travail dans le réseau sociosanitaire, ce projet a pour objectif de documenter les expériences d’insertion de trois groupes de professionnels de la santé formés à l’étranger (auxillaires familiaux/travailleurs sociaux/technologistes médicaux) dans le but d’identifier les ressources de soutien pouvant faciliter leur insertion dans le milieu. En s’intéressant spécifiquement à la période post-embauche, il vise à : 1) Mieux comprendre les enjeux organisationnels et relationnels de leur insertion professionnelle (stratégies d’adaptation, savoirs et apprentissages acquis, relations de travail, adaptation à la culture institutionnelle) et 2) Identifier les actions existantes et potentielles pouvant favoriser et soutenir une meilleure préparation des PSSFE pour intégrer le réseau sociosanitaire et de mieux préparer les milieux pour les recevoir.

Retour en haut de la page

Placement and Recruitment Agencies: Silent Partners in Migrant Employment


Chercheurs

Jill Hanley (McGill) et Paul Eid (UQAM)

Financement

CRSH : 2013-2018

Description du projet

Objectifs : Cette recherche qualitative vise à explorer le rôle des agences de placement dans la marginalisation et l’exploitation économique des travailleurs d’origine migrante à la périphérie du marché de l’emploi.

Publications

Hanley, J., L. Larios, et al. (2017). “Gender dynamics of temporary placement agency work: (Im)migrants, know your place! .” Canadian Diversity 14(2): 37.

Retour en haut de la page

L'embauche des travailleurs étrangers temporaires dans le secteur de la transformation alimentaire et de l'horticulture ornementale : enjeux de gestion et de conditions de travail.


Chercheurs

Sylvie Gravel, Jill Hanley (McGill), Stéphanie Bernstein (UQAM), Francisco Villanueva (UQAM)

Financement

CRSH : 2011-2014

Description du projet

Au cours des dix dernières années, le nombre de travailleurs étrangers temporaires est en augmentation importante au Québec. Ces employés temporaires permettent aux employeurs de certains secteurs d’emploi, principalement dans les secteurs du travail agricole et domestique, de contrer une pénurie de main-d’œuvre. Depuis 2008, le Canada compte plus de travailleurs étrangers temporaires que de résidents permanents pour combler ses besoins de main-d’œuvre dans les secteurs saisonniers.

Objectif : Cette veste étude exploratoire s’est intéressée à ces travailleurs étrangers temporaires (TET). À partir du discours des travailleurs eux-mêmes,  des employeurs qui les embauches et des acteurs clés qui œuvrent dans les secteurs d’emplois qui recrutent plusieurs TET,  les chercheurs se sont intéressés à différents aspects associés à ce programme particulier de migration temporaire. 

Méthode : Au total, 46 entreprises privées et 54 organisations gouvernementales, paragouvernementales et non gouvernementales de différentes régions du Québec ont été sollicitées pour participer à cette étude. 31 employeurs étrangers temporaires, 17 employeurs et 23 acteurs clés ont été rencontrés dans le cadre de groupes de discussion et d’entretien semi-dirigés.

Résultats : Les résultats obtenus dans le cadre de cette vaste étude exploratoire ont permis de mieux comprendre la réalité de ces travailleurs (expérience, motivations, interactions avec la population locale, enjeux d’intégration, etc.) et les avantages et limites, pour les employeurs, à recourir aux programmes d’embauche de travailleurs étrangers. Les résultats permettent également une réflexion plus large autour des enjeux que soulèvent les programmes de migration temporaire (droits du travail, santé et sécurité au travail, mobilité géographique et sociale, etc.)

Publications

Gravel, S., S. Bernstein, et al. (2017). “Le recours ā l’embauche des travailleurs étrangers temporaires dans les secteurs saisonniers au Québec: Le point de vue des employeurs.” Canadian Ethnic Studies 49(2): 75-98.

Hanley, J. (2016). The “Regionalization” of Immigration in Quebec: How has government policy shaped the social, employment and education experiences of newcomers to small cities and towns?.Immigration and the Small City: Canadian Experiences and Perspectives.

Hanley J, Gravel S, Bernstein S. Villanueva F, Crespo Villareal D. (2015). International Mobility Coming to Roost in Quebec Small Towns : Analyzing Community Response to the Arrival of Central American Temporary Foreign Workers. Journal of Rural and Community Development 10(3): 23-50.

Villanueva, F, Crespo, D, Gravel, S, Bernstein, S, Hanley, J. (2015). Les travailleurs étrangers temporaires au Québec : le paradis un peu plus loin. Revue de droit comparé du travail et de la sécurité sociale.1: 58-69.

Gravel, Sylvie, Bernstein, Stéphanie, Hanley, Jill, Villanueva, Francisco, & Crespo-Villareal, Daniel. (2014). Impact de l’embauche des travailleurs étrangers temporaires sur la cohabitation de résidence et des métiers dans les communautés rurales du Québec: le point de vue des employeurs. Diversité urbaine, 14(2), 97-122.

Gravel, S, Villanueva, F, Hanley, J, Bernstein, S, Crespo, D, Ostiguy, E. (2014). Les mesures de santé et sécurité au travail auprès des travailleurs étrangers  temporaires : le cas du secteur agro-alimentaire. PISTES, 16(2)

Hanley, J., Stiegman, M., Speirs, K and Lavigne, V. (2018). “Foreigners” on the family farm: An employment relationship with family on both sides. In S. Gervais, M.A. Poutanen, R. Iacovici (eds.), Belonging and Diversity in Québec: Interdisciplinary and Historical Perspectives. Brussels: Peter Lang Press, pp. 277-297.

Hanley, J., Shragge, E., Rivard, A., and Koo, J. (2012). “Good enough to work? Good enough to stay!” Organizing Temporary Foreign Workers. In C. Straehle and P. Lenard (eds.), Legislated Inequality, Toronto: University of Toronto Press, 245-271.

Retour en haut de la page

Comprendre le processus de réadaptation et de retour au travail dans le contexte des relations interculturelles


Chercheurs

Daniel Côté ( Institut Robert-Sauvé en santé et sécurité au travail), Sylvie Gravel (UQAM), Bob White (UdeM)

Partenaires

Danielle Gratton (Hôpital juif de réadaptation)

Financement

Institut Robert-Sauvé en santé et sécurité du travail : 2013-2015

Description du projet

Dans le domaine de la santé et de la sécurité du travail (SST), les barrières linguistiques et culturelles sont souvent décrites comme des facteurs de vulnérabilité des travailleurs. Il est rapporté que de telles barrières ont déjà été ou sont encore à l’origine d’erreurs diagnostiques ou de mauvaises évaluations cliniques, compliquant ainsi le processus de réadaptation et de retour au travail. La problématique de la réadaptation et du retour au travail dans le contexte de la rencontre interculturelle est pourtant peu documentée à l’échelle internationale. Il devient impératif de connaître l’expérience et la perspective de chacun des acteurs et de cibler des besoins et des problèmes spécifiques sur lesquels il faudra concentrer les efforts de recherche et de développement.

Objectifs : L’objectif général de cette étude vise à déterminer les stratégies mises de l’avant par les différents acteurs pour faciliter le processus de réadaptation et de retour au travail des travailleurs dans le contexte de la rencontre interculturelle. Elle vise à décrire l’expérience et la perspective de chaque partie concernée (travailleurs, cliniciens, conseillers en réadaptation, milieux de travail) pour mieux faire ressortir les contraintes, les obstacles, les facilitateurs et les besoins spécifiques.

Méthodologie : Un échantillon raisonné a été constitué. Il comportait quarante personnes regroupant quatre catégories d’acteurs : des travailleurs (n=9), des cliniciens (n=15), des agents d’indemnisation et des conseillers en réadaptation (n=14), ainsi que des représentants du milieu de travail (n=2). Au groupe des agents d’indemnisation et des conseillers en réadaptation s’ajoutent deux groupes de discussion comportant un total de 7 participants. L’analyse du matériel s’est inspirée de la théorisation ancrée (grounded theory).

Résultats : À partir du parcours de SST et de réadaptation/retour au travail des travailleurs concernés, des moments clés ont été mis en lumière ainsi que des formes d’interactions spécifiques et des difficultés qu’elles pouvaient engendrer. Pour chacun des intervenants, des éléments importants de la construction des stratégies d’intervention qui dépassent les barrières linguistiques, culturelles et qui maximisent le potentiel de retour au travail de leur clientèle ont été établis. Dans le contexte des problématiques associées à la rencontre interculturelle, cinq éléments ont été identifiés : a) la rupture du projet d’intégration professionnelle et le sentiment d’injustice; b) le cumul des stigmates auprès des travailleurs immigrants victimes d’une lésion professionnelle; c) la construction du lien de confiance, pièce maîtresse de la relation thérapeutique; d) l’augmentation de la durée et de la fréquence des interventions, et l’adaptation des stratégies d’intervention; e) les barrières linguistiques et les écarts culturels.

Retombées : En mettant en lumière des moments clés, des formes d’interactions spécifiques au contexte interculturel, les divers partenaires de la réadaptation sont invités à revisiter leur approche clinique et de gestion de cas, en tenant compte de la rupture qui s’opère entre le projet migratoire et celui de l’insertion du travailleur victime d’une lésion professionnelle sur le marché du travail. Une rupture qui va bien au-delà des difficultés à surmonter les barrières linguistiques et culturelles. Ces éléments du contexte d’intégration devraient être pris en considération pour maximiser le potentiel de retour au travail de leur clientèle, pour améliorer les contenus pédagogiques de formation des professionnels en matière de réadaptation.

Publications

Côté, D., Gratton, D., Dubé, J., Gravel, S., & White, B. Building intercultural competencies in monoculturalorganisations: issues and perspectives in planning rehabilitation services in Montréal (Québec, Canada) Newtona, Tina et Shawn Simpson (éd.). Bridging Differences: Understanding Cultural Interactions in Our Globalized World.

Côté, D., Gravel, S., Dubé, J., Gratton, D., & White, B. Comprendre le processus de réadaptation et de retour au travail: Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (IRSST).

Côté, D., Gravel, S., Dubé, J., Gratton, D., & White, B. (2016). Exploring occupational rehabilitation issues in the context of intercultural relations: the practitioners’ point of view.

Côté, D., Gravel, S., Dubé, J., Gratton, D., & White, B. (2016). Identifying Key Moments in the Process of Work Rehabilitation : practitioners’ experiences among culturally diverse clientele in Montréal Journal of Occupational Rehabilitation.

Retour en haut de la page