Portrait de l’utilisation des services de santé et des services sociaux: perspective des hommes immigrants

Cette étude visait à mieux comprendre l’utilisation des services de santé et des services sociaux par les hommes qui ont récemment immigré au Québec et à en apprendre davantage sur les facteurs qui facilitent ou entravent leur utilisation de ces services.

Équipe du projet

Josiane Le Gall, Mónica Ruiz-Casares, Annie Pontbriand, Annie Lapalme, Fabiane Fiedrich Schutz, Isabelle-Ann Leclair-Malette, Alexandra Holtom, Stéphane Hernandez, Serge Maynard

Financement

CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal / Community Health and Social Services Network (CHSSN) / Regroupement des organismes pour hommes de l'Île de Montréal (ROHIM) / Ministère de la santé et des services sociaux du Québec (MSSS)

Rapport final
Portrait de l’utilisation des services sociaux et de santé : perspectives des hommes immigrants

Par Josiane Le Gall, Annie Pontbriand, Annie Lapalme, Fabiane Fiedrich Schutz, Isabelle-Ann Leclair Mallette, Alexandra Holtom, Stéphane Hernandez, Serge Maynard, Mónica Ruiz-Casares

LIRE

Synthèse
Utilisation des services sociaux et de santé : perspective des hommes immigrants

Ce projet ayant été réalisé en collaboration avec le Regroupement des organismes pour hommes de l'Ile de Montréal (ROHIM), ces derniers ont réalisé une fiche synthèse autour des résultats.

Pour consulter toutes les fiches synthèses en santé et bien-être des hommes du ROHIM >>

LIRE

Faits saillants

Au total, 421 hommes ont complété le sondage en ligne et 15 hommes (parmi les répondants au sondage) ont participé à une entrevue en profondeur.

  1. Depuis leur arrivée au Québec, un homme sondé sur trois (33 %) rapporte avoir éprouvé des problèmes importants de santé physique alors qu’un peu plus de la moitié (53 %) indique avoir eu des préoccupations importantes affectant leur bien-être psychologique.
  2. La moitié des répondants (51 %) considèrent que leur état de santé psychologique s’est détérioré dans le contexte de la pandémie de COVID-19 et 31 % considèrent que cette dernière a eu un effet négatif sur leur santé physique.
  3. Dans le dernier mois, 13 % des hommes sondés rapportent un état de santé physique passable ou mauvais et 35 % un état de santé psychologique passable ou mauvais.
  4. Le manque de connaissances (ne pas savoir où aller et comment faire pour avoir accès) et les facteurs liés au système de santé (difficulté à obtenir un rendez-vous et délais trop long) représentent les obstacles les plus fréquemment mentionnés comme raisons de ne pas avoir eu accès à une service. Par contre, la crainte de vivre de la discrimination et la difficulté à communiquer sont des obstacles mentionnés davantage en lien avec l’utilisation d’un service psychosocial que d’un service en santé physique.
  5. La perception que le service qui a été offert a répondu tout à fait aux besoins était plus élevée pour les services reçus en CLSC (63 %) et dans les organismes communautaires (54 %) que dans les hôpitaux (49 %) et les cliniques (48 %).

C’est le cumul d’obstacles agissant à l’intersection des particularités propres aux hommes et celles propres aux immigrants, conjugués à des barrières systémiques qui permettent de comprendre la spécificité du rapport des hommes immigrants avec les services de santé et de services sociaux au Québec.

 

Conférence d'ouverture. Colloque régional montréalais en santé et bien-être des hommes. 17 novembre 2021. Annie Pontbriand et Annie Lapalme

Consulter le diaporama présenté lors de l'événement

LIRE