ETMISS


Présentation

L’évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé et en services sociaux (ÉTMISSS)

En tant qu’Institut universitaire, le CIUSSS CODIM réalise des projets d’évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé et en services sociaux (ÉTMISSS) afin d’éclairer la prise de décision qui suscitent des questionnements de divers ordres (sécurité, efficacité, coûts, etc.).

L’ÉTMISSS est une démarche qui consiste à identifier les meilleures pratiques en lien avec une technologie ou un mode d’intervention par le biais d’une combinaison de méthodes incluant une revue systématique de la littérature et une consultation des parties prenantes. Ainsi, l’ÉTMISSS vise à soutenir la prise de décision sur la base des données scientifiques et en considérant le contexte. . Le terme « technologie » réfère aux instruments, aux outils (tels que des guides) et aux équipements utilisés dans le secteur de la santé ou des services sociaux. Le terme « mode d’intervention » désigne quant à lui les interventions, les approches d’intervention ou leur mode d’organisation. L’ÉTMISSS peut répondre à des questions d’ordre juridique, éthique et organisationnel en lien avec la sécurité, les coûts ou l’efficacité d’une technologie ou d’un mode d’intervention.

Les projets d’ÉTMISSS sont réalisés par l’unité d’évaluation, conjointement avec les acteurs concernés (incluant les intervenants, les gestionnaires, les usagers, les partenaires, etc.) lorsque des questionnements importants émergent et méritent de s’y attarder. Les normes méthodologiques de l’INESSS sont utilisées pour guider les travaux et produire des évaluations de qualité.

Les projets d’évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé et en services sociaux (ÉTMISSS) s’inscrivent dans une perspective d’amélioration continue de la qualité des services et de développement des pratiques de pointe.

En savoir plus sur l’ÉTMISSS

Projets en cours

À venir

Projets passés et publications

Évaluation du mode d’intervention en ressource intermédiaire de grande taille

La Ressource de la Montagne a ouvert ses portes en 2012, devenant alors la plus grande ressource intermédiaire (RI) au Québec. Il s’avéra vite nécessaire de déterminer les pratiques susceptibles de favoriser la création d’un milieu de vie chaleureux pour les 112 résidents de la Ressource.

Un projet d’évaluation du mode d’intervention en RI de grande taille a été mis en place par le CSSS de la Montagne–Institut universitaire (IU) et son unité d’évaluation, qui fut par la suite rattaché en 2015 au CIUSSS Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal. Plusieurs membres de l’équipe, dont des professionnels de recherche, des gestionnaires, des intervenants et même des résidents de la Ressource, ainsi que d’autres personnes du réseau de la santé et des services sociaux ayant diverses expertises y ont contribué.

L’équipe d’évaluation a notamment fait appel à une chercheure en anthropologie associée à l’équipe METISS, afin d’explorer la signification de la notion de « milieu de vie » pour les résidents de la ressource intermédiaire. À partir des constats de cette courte recherche, une revue systématique de la littérature scientifique et non scientifique ainsi qu’une consultation des parties prenantes a permis à l’équipe d’élaborer des recommandations de pratiques s’inscrivant dans l’approche milieu de vie et applicables en RI de grande taille.

 

Le rapport d’évaluation

Le rapport final de l’évaluation comprend 19 recommandations principales et 89 recommandations secondaires qui proposent des façons concrètes de favoriser l’autodétermination des résidents, soulignant notamment l’importance d’offrir des choix aux résidents, de respecter leurs droits et de favoriser les interactions sociales.

Fiche résumé »

Rapport d’évaluation complet »

 

ETMISSS sur l’interprétariat en tant que mode d’intervention en santé et en services sociaux

Le manque d’équité en matière d’accès aux soins de santé a des conséquences cliniques importantes : moins bonne santé, réduction de l’espérance de vie, hausse des taux de mortalité, plus gros fardeau lié à la maladie. La barrière linguistique peut compromettre l’accès aux soins de santé. Dans cette perspective, les services d’interprétariat présentent de nombreux bénéfices tels que, notamment, un consentement éclairé, une plus grande relation de confiance et une meilleure transmission des informations et explications pertinentes et, ce faisant, la diminution des risques d’erreurs. Cela dit, plusieurs établissements se disent peu outillés pour guider la pratique des intervenants et des interprètes lors de la mise en oeuvre des interventions en interprétariat. Ce faisant, le CSSS de La Montagne, institut universitaire en regard des communautés ethnoculturelles, installation aujourd’hui intégrée au CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, a demandé à son unité en évaluation des technologies et des modes d’intervention en santé et services sociaux (UETMISSS) de se pencher sur la question, afin d’éclairer la prise de décision clinique et de gestion en matière d’interventions en interprétariat.

L’ETMISSS sur l’interprétariat en tant que mode d’intervention en santé et en services sociaux visait à répondre plus spécifiquement à quatre questions :

  1. Quels éléments doivent être pris en considération tant par l’intervenant que par l’interprète (formel ou informel) lors d’une intervention auprès de l’usager en personne ou par téléphone, afin d’assurer l’efficacité, la qualité et la sécurité des interventions?
  2. À quelles stratégies l’intervenant peut-il recourir en cas d’absence d’interprètes ou de refus de l’usager d’utiliser un interprète (formel ou informel)?
  3. Quels éléments devraient définir la formation continue des intervenants qui travaillent en présence d’interprète?
  4. Quels éléments devraient définir le processus d’accueil-orientation des interprètes au sein des établissements?

 

Le rapport d’évaluation

Afin de répondre à ces questions, le Rapport d’ETMI : L’interprétation en tant que mode d’intervention en santé et en services sociaux propose 17 recommandations. Ces recommandations sont basées sur une revue systématique des données scientifiques et sur une consultation des parties prenantes (intervenants provenant de quatre CIUSSS et interprètes provenant de deux banques d’interprètes).

En savoir plus

Fiche résumé »

Rapport d’évaluation complet »

Infographie synthèse «Comment surmonter une barrière linguistique en intervention?»

Infographie synthèse «Comment soutenir les pratiques permettant de surmonter une barrière linguistique en intervention?»

 

Évaluation de l’implantation d’un centre de jour pour jeunes

Au Québec, l’accès aux soins de santé pour les jeunes est une préoccupation grandissante. Ceci est d’autant plus important que le nombre de jeunes souffrant et diagnostiqués avec un trouble de santé mentale est croissant. Des pratiques innovantes et plus attrayantes pour les jeunes sont nécessaires pour faciliter l’accès aux soins et services de santé.

Dans le cadre de l’ETMISSS sur l’implantation d’un centre de jour pour jeunes, la question suivante s’est posée : Quelles sont les caractéristiques (cliniques et organisationnelles) d’un centre pour jeunes efficace, dans le but de faciliter l’accès aux soins?

 

Le rapport d’évaluation

Le rapport d’ÉTMISSS présente cinq recommandations pour atteindre les meilleures pratiques cliniques et 17 recommandations pour atteindre les meilleures pratiques organisationnelles.

Fiche résumé »

Rapport d’évaluation complet » (en anglais seulement)